full screen background image
Search
28 avril 2015 | ט אייר התשעה
  • :
  • :

Les sept merveilles de l’architecture moderne israélienne

Musée de design de Holon - Crédit photo : Dr Avichaï Taicher/Wikipédia

Interviewés par un magazine britannique, les architectes israéliens les plus en vogue ont choisi les icônes israéliennes du Mouvement moderne. Israpresse revient sur les principaux édifices témoignant de l’essor du modernisme en Israël.

Israël, le Mouvement moderne dans toute sa gloire

Il n’est de pays aussi riche qu’Israël en matière d’architecture moderne. Ce n’est pas par hasard que la Ville blanche de Tel Aviv est inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2003. Comme en témoigne l’organisation culturelle, « la Ville blanche de Tel Aviv est la synthèse d’une valeur exceptionnelle des diverses tendances du Mouvement moderne en matière d’architecture et d’urbanisme au début du XXe siècle. »

Quoi de plus naturel, dès lors, que le prestigieux magazine international Wallpaper* ait consacré son supplément spécial de janvier au design, à l’architecture et au style israéliens. Le magazine anglophone a interviewé une trentaine des plus brillants architectes d’Israël - Irit Axelrod, Orly Shrem, Pitsou Kedem et H’anan Peri, pour n’en citer que quelques-uns - et leur a demandé de choisir les icônes de l’architecture moderne en Israël.

Bien que Tel Aviv offre une foison d’édifices de Style international construits au XXe siècle et même plus récemment, avec la tour Meier on Rothschild de Richard Meier, les grands noms de l’architecture israélienne ont sélectionné des chefs édifiés dans tout le pays.

 

Le Musée d’art de Tel Aviv, exemple de Brutalisme israélien

Le favori des architectes israélien est sans conteste le Musée d’art de Tel Aviv. Imaginé par Dan Eytan et Yitzhak Yashar, l’édifice d’origine – construit en 1971 – est une structure en béton brutaliste dans la pure ligne de l’architecte franco-suisse Le Corbusier.

Le bâtiment présente un fort contraste avec l’environnement high-tech de la nouvelle aile du musée. Œuvre de l’architecte américain Preston Scott Cohen, la nouvelle structure, ajoutée en 2011, s’intègre toutefois très bien dans le style novateur qui a fait de Tel Aviv un haut lieu de l’architecture Bauhaus depuis les années 1920.

Bâtiment principal du Musée d’art de Tel Aviv - Crédit photo : Michaël Yaakobson/Wikipédia

Nouvelle aile du Musée de Tel Aviv - Crédit photo : Dr Avichaï Taicher/Wikipedia

 

La Maison Weizmann, des lignes droites et un cylindre

Maison Weizmann
Crédit photo : Hana Sholnik/Wikipedia

Dessinée en 1935 dans l’esprit du Style international, la résidence du premier président de l’État d’Israël, Haïm Weizmann, porte également la griffe du célèbre architecte Erich Mendelsohn.

La Maison Weizmann comprend trois éléments distincts qui se marient harmonieusement : un patio avec piscine, une cage d’escalier en colimaçon rappelant un donjon et une cour.

La structure, construite au sommet d’une colline de Réhovot pour bénéficier d’une vue privilégiée sur la plaine du littoral, est symétrique, une caractéristique peu commune pour le Style international.

 

Le Mémorial de la Brigade du Néguev, précurseur du land art

Mémorial de la Brigade Givati - Crédit photo : avec l’aimable autorisation d’Ary/Aventure Reflex

Construction massive rend hommage aux soldats de la brigade Palmah du Néguev, tombés en défendant Israël pendant la guerre d’Indépendance.

Située sur une colline à l’entrée de Beer Shéva, cette structure imaginée par l’architecte Dani Karavan, construite entre 1963 et 1968, joue sur les perspectives et les contrastes.

Précurseur du land art, le mémorial comporte 18 formes géométriques en béton brut, symbolisant chacune un aspect de la guerre de 1948.

 

 

Le Musée d’art d’Ein Harod, des espaces baignés de lumière naturelle

Musée d’art d’Ein Harod - Crédit photo : Dr Avichaï Taicher/Wikipédia

Créé dans les années 1930 par un membre du kibboutz du nord du pays, le Michkan Leomanout d’Ein Harod fait partie des premiers musées d’art d’Israël.

Inauguré en 1948, le bâtiment qui accueille maintenant le musée a été conçu par Samuel Bickels.

L’architecte a mis un point d’orgue à exploiter le climat israélien, fondant entièrement le design de l’édifice sur la lumière naturelle et la façon dont elle pénètre dans les espaces intérieurs.

Accélérateur de particules Koffler - Crédit photo : Michaël Yaakobson/Wikipédia

 

 

 

 

 

L’accélérateur de particules Koffler, inspiré de la science-fiction

Conçue par Moché Hareel, cette structure a été construite en 1975, mais elle rappelle la Tour Einstein allemande, dessinée par Erich Mendelsohn dans les années 1920.

Cet édifice original en béton profondément moderniste est également représentative du rétro-futurisme des années 1960-1970.

 

Beit HaLohem, l’anticonformisme au service des handicapés

Beit Haloh’em à Beer Sheva - Crédit photo : Kimmel Eshkolot

Le centre de réhabilitation pour les mutilés de guerre Beit Halohem (la maison du combattant) a été dessiné dans un style anticonformiste par les architectes du cabinet Kimmel Eshkolot, qui ont d’ailleurs reçu le prix Rechter d’architecture en 2011.

La structure a la forme d’un jardin de rocailles enjambé de ponts permettant un accès facile aux usagers handicapés.

 

 

 

Le Musée du design de Holon, « une structure topographique »

Musée du design à Holon - Crédit photo : Chaoula Haitner/Wikipédia

Premier musée de l’État hébreu consacré au design, le bâtiment a été dessiné par l’architecte Ron Arad.

Sélectionnée par le magazine de voyage Condé Nast Traveler comme l’une des nouvelles merveilles du monde, la structure est composée de rubans en acier Cor-Ten qui créent une topographie atypique dans un environnement aux lignes géométriques affirmées.

 
 
 
 

Le mouvement moderne s’est donc très bien intégré dans la culture et le climat israélien. Parmi les autres édifices sélectionnés par les architectes en vogue d’Israël, mais non retenus dans le Top 7 de Wallpaper*, on note également le Musée d’Israël à Jérusalem, l’auditorium Charles Bronfman qui accueille l’orchestre philharmonique à Tel Aviv et le sanatorium Mitvah’im à Zikhron Yaakov.

Yaël Ancri