full screen background image
Search
26 avril 2016 | יח ניסן התשעו
  • :
  • :

Kidkeeper, l’application qui veut sauver des vies

Une campagne parallèle du Magen David Adom qui incite les passants à regarder à l’intérieur des véhicules pour éviter des tragédies d’oubli d’enfants. Crédit photo: Gershon Elinson/FLASH90

Une étudiante de l’Institut Scientifique de Haïfa (Technion) a développé une application qui empêchera les parents d’oublier les enfants dans la voiture, selon le site d’information NRG.

Alors que le ministère de la Santé met en garde la population israélienne d’une nouvelle vague de chaleur à partir de mardi, Israël se voit confronté à un fléau répétitif d’oubli d’enfants dans la voiture. Alors que ceux-ci se trouvent calmement dans leur siège auto, le conducteur sort du véhicule et y oublie l’enfant. Avec la chaleur et l’effet de  serre, les températures intérieures dans les véhicules vont jusqu’à  70 degrés, ne laissant aucune chance de survie à l’enfant que personne ne peut entendre ou apercevoir. Ces oublis tragiques ont coûté la vie à des dizaines de jeunes enfants ces dernières années.
Rivka Bekenstein, étudiante en doctorat de physique au Technion et mère d’un enfant de 3 ans, est à l’origine de cette application nommée « Kidkeeper ». « N’étant pas spécialiste dans le domaine de l’ingénierie ou de programmation, j’ai demandé l’assistance de Yoav Haimovitz, lui-même professeur dans ce domaine. L’idée est simple : chaque jardin d’enfants sera équipé d’une tablette qui présentera les photos de chaque enfant. Quand un parent dépose le sien, il devra cliquer sur la photo de celui-ci afin que la puéricultrice sache qui manque. L’application envoie immédiatement un message aux parents afin de leur signifier l’absence de leur enfant. Lorsque les parents récupèrent leur enfant en fin de journée, ils doivent entrer un code secret, afin que le système sache qu’il est en droit de sortir celui-ci du jardin d’enfants ».
Mme Bekenstein ajoute que l’application permet de décharger les puéricultrices et de responsabiliser directement les parents et surtout de ne pas croire que cela ne peut arriver qu’aux autres.

Y.B