full screen background image
Search
28 avril 2015 | ט אייר התשעה
  • :
  • :

Castro : une invitation au voyage dans la réalité israélienne

Castro a créé l’évènement le dimanche 1er février au nouveau stade de Tel Aviv. A l’occasion de la présentation de sa nouvelle collection Printemps-Eté 2015, de nombreuses célébrités locales, journalistes et blogueurs ont fait le déplacement pour découvrir ce qu’avait concocté la marque israélienne pour les beaux jours. L’occasion pour IsraPresse de se pencher sur cette entreprise-phare du textile israélien.

Implanté partout dans tout le pays, et possédant des succursales en Allemagne, Suisse, Thailande et autres, « CASTRO » est un incontournable de la mode israélienne. Fondé en 1950, son histoire est singulière. Aharon Castro, le fondateur, est un Juif grec, ayant immigré en Israël avec sa famille en 1933.

Il débute dans un petit appartement de la rue Herzl de Tel-Aviv. Il a su s’adapter aux évolutions de l’industrie de la mode, chaque décennie marquant un tournant dans son ascension. Depuis l’ouverture de sa première boutique en 1985 à Tel-Aviv, jusqu’à aujourd’hui, l’enseigne a innové pour faire face aux exigences des consommateurs. La ligne homme a été développée en 2000, puis il y eut la Black line en 2012, le parfum, les bijoux, la maroquinerie, la collection enfants… Autant de produits qui ont su conquérir les Israéliens…

Produit par Motti Reïf, le défilé 2015 est une invitation au voyage. Rappelant les plages désertes de l’été, le décor en forme de vague est agrémenté d’un palmier. Sur la scène c’est le groupe de musique Israélien « Dikla » qui donne le ton. Leur musique aux accents arabo-israélienne apporte une touche finale à cette athmosphère estivale.

Loin des Fashion Week qui se déroulent actuellement dans les capitales de la mode, New-York, Londres, Milan et Paris, Castro a choisi d’affirmer son identité.

Appelée « Limited Edition », la collection célèbre la culture traditionnelle orientale mixée d’éléments et de techniques modernes.

Orientale dans la mise en scène et le style des vêtements, inspirée des cérémonies Indiennes avec henné et peintures corporelles, et de l’ambiance méditérannéenne.

Moderne, avec des tissus imprimés, conçus par numérique. Cette technique permet de recréer le même aspect que celui des matières naturelles, comme le bois ou la céramique, et maintenir l’élégance du vêtement. La palette de couleurs utilisée telle que le gris-pierre, le rouge brûlé, le noir, l’olive et le kaki participent à ce rendu.

Avec sa série pastel, déclinée dans les tons de rose, jaune parme, orangé ou bleu, la marque est dans la tendance générale.

On retrouve la singularité du style méditérannéen, dans un mélange de djellabas et de vêtements aériens en beige, blanc et blanc cassé ; le tout travaillé dans des matières légères comme la soie, le lin ou le coton.

En un peu moins d’une heure “CASTRO” a su avec élégance dévoiler un éventail complet de ses créations et de l’empreinte israélienne de sa marque.

Comme un écho à son histoire, le public lui-même est cosmopolite. De la Drag Queen habillée spécialement pour l’occasion à la femme pratiquante représentée par Linor Abergel, ancienne Miss Israël, devenue orthodoxe, cheveux recouverts d’un foulard porté en chignon haut et portant une longue robe avec manches, typique du style des Israéliennes.

Enfin, sur la scène, c’est tour à tour les différentes communautés qui défilent. On y voit des mannequins de toutes les origines qu’elles soient Russes, Méditerranéennes ou Ethiopiennes.

C’est donc une collection bien ancrée dans la réalité israélienne et moyen-orientale d’une part et riche de toutes ses différentes origines d’autre part, que Castro a voulu créer pour le printemps et l’été 2015. Un pari audacieux mais relevé avec brio.

Daria Soussan (Crédit photos: Avi Valdman)